VIVRE AUX ECLATS | 5 rue Pizay 69001 Lyon
formation_martinique

VIVRE AUX ECLATS forme des clowns hospitaliers en Martinique

Fort de son expérience, VIVRE AUX ECLATS développe depuis quelques années la transmission de son savoir-faire et savoir-être auprès d’autres associations de clowns hospitaliers en France et dans le monde (Hollande, Taïwan…), mais aussi auprès des soignants, par le biais de la formation « Accordage Sensible » qui s’est déroulée dans plusieurs EHPAD où nous intervenons et à la Fondation Richard.

L’association Clowns Doktè, les clowns à l’hôpital en Martinique, fondée il y a 3 ans, reçoit un excellent accueil dans les services de pédiatrie du CHU de Fort-de-France et est en plein développement. Formatrice à VIVRE AUX ECLATS, Pauline Woestelandt s’est rendue sur place pour former les dix clowns de l’association. La formation s’est déroulée entre la salle de répétition et les services pédiatriques.

Tu donnes régulièrement des formations aux soignants mais aussi à des associations de clowns hospitaliers. Qu’est-ce qui inspire cette transmission ? 

En 2005, je sors du Samovar et fais mes premiers pas dans des services hospitaliers pour les aînés. Je ne le sais pas encore mais dès lors, le clown en milieu de santé va tenir une place prépondérante dans ma vie. Par le biais de cet art vivant, il s’agit de défendre pour chacun le droit à une expression qui peut être ludique, humoristique et poétique sans nier l’âpreté ou l’imperfection. Sensible et tragi-comique, l’art clownesque a le puissant pouvoir de relier les gens les uns aux autres dans une profondeur subtile. Être clown en jeu avec des personnes vulnérables relève donc pour moi d’un acte artistique et politique, ambitieux et complexe. Depuis 15 ans, je cherche à appréhender les enjeux humains et institutionnels des milieux de soins et à les faire dialoguer avec des propositions artistiques. 

Je suis heureuse de transmettre aujourd’hui mon expérience et de partager mon regard sur la pratique de clown hospitalier, sur les outils relationnels ou l’ingénierie de projet. Car oui, diffusons et inspirons-nous les uns et les autres pour nourrir une humanité sensible et créative et pour mettre l’Amour au cœur du vivant ! 

Peux-tu nous raconter cette dernière formation que tu viens de donner ? 

J’ai passé neuf jours avec l’association Martiniquaise Clowns Doktè. Cette petite équipe super dynamique a soif d’apprendre et de progresser. Nous avons passé cinq jours de travail de plateau au cours desquels j’ai proposé des outils afin de créer un langage commun qu’ils pourront s’approprier et développer à leur manière par la suite. Puis, pendant trois jours j’ai accompagné des duos ou trios en jeu à l’hôpital pendant que le reste de l’équipe poursuivait le travail de plateau. Enfin, la formation s’est close par un temps d’échange avec chacun des dix artistes et un joyeux repas local ! 

Plonger en immersion dans la vie de l’équipe a aussi offert la possibilité d’échanger de manière informelle avec la présidente, la chargée de développement et le coordinateur artistique sur les mille et une considérations relatives à la vie et la pérennité de nos associations ! 

Abonnement à la newsletter

Restons en contact