VIVRE AUX ECLATS | 5 rue Pizay 69001 Lyon
gustina

Edgar, clown et photographe en milieu de soins

Depuis six ans, Edgar Barraclough photographie les clowns en milieu de soins, notamment ceux de VIVRE AUX ECLATS. En 2014, il devient lui-même clown hospitalier au sein de l’association chambérienne les InstantaNez. Ses photos savent saisir le jeu des clowns, capter les émotions des patients et résidents, mettre en lumière le lien subtil et intime qui se crée entre artistes et personnes fragilisées.

Quelles sont, selon toi, les particularités du travail de l’artiste qui photographie des clowns en milieu de soins ?
Les milieux de soins sont des endroits particuliers où des personnes sont le plus souvent en situation de fragilité et de vulnérabilité. Il est toujours délicat de rentrer dans ces structures, notamment pour y prendre des photos. Il faut être préparé à cela. Pour photographier les clowns, il ne faut à aucun moment interférer avec ce qui se passe. Le maître mot est discrétion ! Les techniques sont celles du reportage, il faut donc bien connaitre le sujet pour pouvoir anticiper l’action et être rapide.

Dans quelle mesure tes travaux de photographe ont impacté ton cheminement pour devenir clown hospitalier ?
J’ai eu la chance d’être sollicité par la compagnie des clowns hospitaliers de Grenoble, Soleil Rouge, pour réaliser une exposition afin de célébrer leurs dix ans d’activité. J’avais une expérience de clown mais pas de l’hôpital. Là, j’ai été témoin de moments qui me marqueront pour toujours. J’ai vu des rires, de la poésie, des larmes, toutes sortes d’émotions qui faisaient exploser la vie là où elle est parfois si fragile. à ce moment-là, je voyais ce métier comme un rêve inatteignable au même titre que grand reporter ou astronaute.

En quoi ton clown « Achille » sert aujourd’hui ton travail de photographe ?
Je pense que la sensibilité du clown permet d’être à l’écoute des émotions et d’être touché par celles-ci. Cela a clairement orienté mon travail et j’essaie de retrouver ces émotions sur mes photos.

Qu’est ce qui te fait vibrer dans ce travail de photographie ?
Je suis témoin de ces moments de vie, où il se passe tellement de choses. J’ai envie de dire « Voilà ce que j’ai vu et je trouve ça magnifique ». Quand j’arrive à retranscrire ne serait-ce qu’un infime moment de bonheur ou de beauté, j’ai alors l’impression d’avoir fait quelque chose de bien.

Crédit photo : Edgar Barraclough

Vous souhaitez soutenir VIVRE AUX ECLATS :
Jefaisundon

Abonnement à la newsletter

Restons en contact